...Forum de joueurs et joueuses d'aventures de figurines historiques et fantastiques et de wargames, en Bretagne et ailleurs.

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

An Argader » Époques » Antiquité » Hittites contre Grecs !

Hittites contre Grecs !

2 participants

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1Hittites contre Grecs ! Empty Hittites contre Grecs ! Ven 31 Déc 2021 - 16:52

Paskal




Plusieurs textes hittites confirment que les Achéens ont entrepris une série de campagnes militaires le long de la côte et des îles d'Anatolie.

De plus, il est clair qu'au moins à l'époque du roi hittite Hattusili II (vers 1265-vers 1240 av. J.-C.), les Ahhyawa, comme les Achéens sont appelés dans les textes hittites, étaient une force politique et militaire avec laquelle il fallait compter. .

Mais le conflit entre les deux puissances avait commencé bien avant.

Le premier incident est enregistré dans le soi-disant indice Madduwata qui date du début du 14ème siècle avant JC. (sous le règne d'Arnuwanda I, vers 1400-1375 avant JC ou Tudhalija II, vers 1375-c.1355 avant JC) et raconte les relations hittites avec un certain Madduwata, contraint de fuir son pays par un certain Attarsiya, que les Hittites appelaient l'homme d'Ahhiya (wa).

Madduwata a été installé comme vassal par les Hittites quelque part dans le sud-ouest de l'Anatolie.

Cependant, Madduwata s'est avéré être un homme ingrat et trop ambitieux, qui a causé de graves problèmes à son nouveau seigneur hittite en attaquant les possessions d'autres Hittites qui apparaissent en Lycie et en Carie.

Plus tard, il a même envahi Chypre en alliance avec son ancien ennemi Attarsiya !

La référence suivante aux activités militaires avec Ahhiyawa vient de l'époque du roi hittite Mursili II (vers 1310-c 1290 avant JC).

Mursili II avait conquis le pays d'Arzawa, situé en Lydie, avec pour capitale Apasa (Ephèse).

S'appuyant sur le roi d'Ahhiyawa, Arzawa s'était engagé dans des hostilités contre les Hittites et avait incité le pays de Millawanda à se rebeller, mais il avait été vaincu et son prince avait probablement remis le roi d'Ahhiyawa aux Hittites…

Au XIIIe siècle av. J.-C., le roi d'Ahhiyawa est placé au même niveau que les rois d'Egypte, de Babylone, d'Assyrie et le roi hittite lui-même.

Selon certaines tablettes hittites, le centre d'opérations d'Ahhiyawa en Anatolie était la ville de Millawanda-Milawata (futur Milet), où une citadelle de style achéen ainsi que de la poterie, des armes et d'autres objets achéens ont été découverts.

Sur la base des documents hittites susmentionnés et des fouilles archéologiques récentes, cette colonie a été attaquée et saccagée vers 1315 av. J.-C. par Mursili II puis par Hattusili II vers 1250 av. J.-C.

À cette époque, les colonies achéennes de la côte anatolienne et les relations diplomatiques pertinentes avec l'empire hittite semblaient être dirigées par les Achéens de Thèbes, ce qui indique qu'elle était la plus puissante de la civilisation achéenne à cette époque.

Des preuves évidentes peuvent être trouvées dans une lettre du roi d'Ahhiyawa au roi hittite Hattusili II.

Dans ce document (écrit en hittite, mais les caractéristiques linguistiques du texte confirment que l'écrivain parlait grec, plutôt que hittite, comme langue maternelle), le roi d'Ahhiyawa est appelé l'héritier de Kadmos, qui est traditionnellement le fondateur du Ville achéenne de Thèbes.

C'est une preuve archéologique que la ville de Thèbes, avant sa destruction (vers 1250 avant JC), était comparable en taille, en puissance militaire et donc politiquement à celle de Mycènes.

De nombreuses références aux raids dans les écrits d'Homère montrent « les pillards » de la mer, ainsi que des personnages guerriers de la fin de la période achéenne.

Les guerres de Troie et les raids des Peuples de la Mer en Egypte sont aussi des exemples importants de ce type d'opérations…

Une autre version des contacts achéens avec les Hittites rapporte que l'influence achéenne s'étendit à la Crète, et qu'un État achéen y fut probablement établi après que l'organisation indigène eut été perturbée par l'explosion de Santorin.

Il est également possible qu'il y ait eu une intervention militaire en Anatolie occidentale avant la guerre de Troie.

La montée des Achéens a coïncidé avec l'apparition de l'état d'Ahhiyawa, ou Ahhiya, dans les archives hittites.

Cet État était clairement une grande puissance dont la tête pouvait être considérée comme égale à celle du Hatti, de l'Égypte et de l'Assyrie.

C'était aussi une puissance maritime et s'étendait à l'ouest de l'Anatolie et même plus à l'ouest.

C'était certainement loin de son état vassal de Millawanda (Miletus), et il existe des preuves archéologiques de colonies mycéniennes parmi les îles et sur la côte sud-ouest de l'Anatolie.

Il est difficile d'expliquer adéquatement cet état comme autre chose qu'un état achéen.

Si nous acceptons un autre emplacement possible comme Rhodes ou Troie, alors la grande civilisation mycénienne semblera n'avoir aucun impact sur ses voisins dans les domaines politique, diplomatique et militaire.

Mais cela semble peu probable étant donné le contact commercial bien documenté.

Les archives hittites méritent d'être re-mentionnées car il se peut qu'il y ait eu vraiment des contacts militaires entre les hittites et les Achéens.

Les relations furent donc d'abord amicales et les parents du roi d'Ahhiyawa furent envoyés en Hatti, le pays des Hittites, pour apprendre à conduire les chars de guerre.

Plus tard, vers 1300 av. Les Hittites demandent au chef d'Ahhiyawa d'empêcher son vassal de Millawanda (généralement considéré comme Milet) d'attaquer Tawaglawas, le vassal hittite du territoire lycien.

Sous le règne de Tuthalias IV (couronné en 1265 av. J.-C.), un souverain Ahhiyawa commença à s'immiscer sérieusement dans les affaires des États d'Anatolie occidentale.

Attarsiyas était-il Atreus, le père du légendaire Agamemnon.

Madduwatas était un fugitif d'Attarsiyas qui s'enfuit chez le roi des Hittites.

Il fut établi en tant que prince vassal hittite sur le territoire de Zippasla.

Puis l'armée d'Attarsiyas, avec 100 chars de guerre et une force d'infanterie, attaqua Madduwattas dans sa nouvelle place forte.

Mais une force hittite, envoyée sous un général inconnu, rencontra l'armée d'Attarsiyas au combat et l'obligea à se retirer.

Plus tard, Madduwatas recommença à comploter contre les Hittites en tentant de regrouper les États d'Anatolie occidentale en une nouvelle confédération !

Plus tard, il se réconciliera même avec Attarsiyas pour attaquer Alashiya…

En conclusion, nous verrons un jour une version hittite de l'histoire de la guerre de Troie.

Déterrera-t-on des ruines d'une ville d'Anatolie une tablette d'argile ornée d'élégantes cunéiformes, et racontant le siège par les Grecs de la grande ville d'Asie Mineure ?

Il n'est pas absurde de le croire.

D'abord parce que les Hittites entretenaient des relations diplomatiques avec les premiers Grecs.

Ensuite, parce que les philologues constatent des concordances troublantes entre certains documents découverts dans la capitale hittite, Hattusa, et l'histoire racontée par Homère.

La première mention écrite des Grecs de culture mycénienne, ceux de l'âge héroïque, ceux dont la société sera balayée quelques siècles plus tard dans l'Iliade, est hittite.

Il s'agit d'un long texte baptisé – Les péchés de Madduwatta – dans lequel le roi de Hattusa, Arnuwanda – le grand-père de Suppiluliuma, qui règne vers 1400 av. J.-C., dressa la longue liste des crimes d'un de ses vassaux, un dénommé Madduwatta.

Il lui rappelle qu'il est le débiteur des Hittites, puisqu'ils l'ont sauvé et protégé, lorsqu'il a été chassé de ses terres et poursuivi par Atariiya, l'homme Ahhiya qui voulait ardemment lui infliger une mauvaise mort.

Pour les néophytes, l'histoire en elle-même n'a que peu d'intérêt.

L'important est dans l'onomastique, c'est-à-dire cette branche de la lexicologie dont l'objet est l'étude des noms propres : leur étymologie, leur formation, leur usage à travers les langues et les sociétés.

Ahhiya n'est en effet que la transcription en hittite du mot grec Akhaioi rendu en français par le terme Achéens.

Ainsi Homère désigne les Grecs assemblés devant Troie – les fameux Agamemnon, Ulysse, Patrocle, Achille, etc.

Cette interprétation a longtemps fait l'objet de discussions et de débats, mais il est maintenant admis qu'Ahhiya et sa déclinaison ultérieure, Ahhiyawa, font en réalité référence aux Achéens.

Les philologues apportent plusieurs éléments de preuve à cette lecture.

D'abord, il y a dans les Péchés de Madduwatta, la brève relation d'une bataille entre Hittites et Achéens au cours de laquelle un seul homme est tué dans chaque camp.

Cela nous rappelle la coutume couramment rapportée dans les récits homériques, selon laquelle deux champions de chaque armée sont confrontés pour décider de l'issue de la bataille.

Quant au soi-disant Atarssiyya, qui selon les Hittites est un souverain achéen qui a régné vers 1400 av. Ce ne serait autre qu'Atrée, le roi mythique de Mycènes, le père du non moins célèbre Agamemnon, celui qui conduit les Grecs devant Troie.

Cependant, cette approche audacieuse est toujours en discussion.

Qu'Atarssiyya soit ou non Atrée, les Grecs sont là.

Quant à Troie, la question est plus délicate.

Et reste largement ouvert.

Dans les annales du roi hittite Tuthaliya II, qui règne vers 1430 av. J.-C., le souverain dit qu'il est allé vers l'ouest et qu'il a conquis vingt-deux pays, qu'il énumère.

Les deux derniers noms qu'il cite sont Taruisa et Wilusa.

Certains ont ainsi dit : Taruisa, c'est Troie et Wilusa, c'est Ilios ou Ilion autre dénomination de Throe dans l'Iliade.
D'autres faits sont encore plus troublants.

Muwatalli II, petit-fils de Suppiluliuma, signé peu avant 1300 av. J.-C., un traité avec le souverain de cette fameuse Wilusa.

Le nom de ce roi ?

Alakshandou.

Sans doute possible, nous avons ici un Alexandre.

Et dans l'Iliade on se souvient que le nom du fils de Priam, souverain de Troie, n'est autre que Paris, que ses sujets l'appellent aussi Alexandre.

Une autre tablette retrouvée dans les archives hittites apporte un élément supplémentaire.

Entre 1 300 et 1 250 av. Un roi de Hattusa – Muwatalli II ou Hattusili III, la question est discutée – adresse une lettre au souverain achéen, qui règne sans doute à Mycènes.

Dans cette longue lettre, le roi d'Hattusa rappelle la ville de Wilusa, à propos de laquelle ils étaient hostiles l'un à l'autre, avant de reconnaître ses torts dans cette affaire malheureusement sans les préciser davantage.

Hélas, la lettre ne donne pas plus les détails de ce conflit qu'elle ne livre le nom du roi achéen destinataire.

Seul le nom d'un de ses frères apparaît dans le texte, que les Hittites appellent Tawagalawa.

Ceci est très proche de ce qu'aurait dû être la prononciation, dans le dialecte archaïque des mycéniens, du nom grec Eteocles, qui devait presque dire Etewoklewes…

Faut-il croire à la thèse d'une guerre opposant, à propos de Troie, les Grecs aux Hittites ?

Certains le pensent, d'autres dont moi doutent car les fouilles entreprises à Troie n'ont livré aucune tablette.

Et la correspondance entre Hattusa et Mycènes mentionne certes un conflit, mais pas explicitement une guerre, avec le siège d'une ville, etc.

De plus, le fait est que, dans le récit d'Homère, les Hittites n'apparaissent à aucun moment est difficilement explicable…


_________________
"Et comme chacun sait, deux ou même un nombre innombrable de couis ne font pas naitre un seul chêne" (Paskal)

2Hittites contre Grecs ! Empty Re: Hittites contre Grecs ! Ven 31 Déc 2021 - 23:55

GERARD Jacques

GERARD Jacques

@Paskal a écrit:


De plus, le fait est que, dans le récit d'Homère, les Hittites n'apparaissent à aucun moment est difficilement explicable…

Il s'en fout des Hittites, Homère... c'est une poète. Ce qui l'intéresse c'est le mythe et le destin des héros.


_________________
Mieux vaut une bonne sous-couche qu'une mauvaise peinture!

3Hittites contre Grecs ! Empty Re: Hittites contre Grecs ! Sam 1 Jan 2022 - 10:02

Paskal



On s'en fout d'Homère... De sa poésie, de la littérature et de la mythologie avec ses  mythes et le destin de ses héros.

Ce qui compte c'est que Troie existait à l'époque des hittites et que donc on peut en déduire des uchronies trés intéressantes, c'est à dire d'imaginer des évènements fictifs à partir d'un point de départ historique.


_________________
"Et comme chacun sait, deux ou même un nombre innombrable de couis ne font pas naitre un seul chêne" (Paskal)

4Hittites contre Grecs ! Empty Re: Hittites contre Grecs ! Sam 1 Jan 2022 - 11:31

GERARD Jacques

GERARD Jacques

@Paskal a écrit:
Ce qui compte c'est que Troie existait à l'époque des hittites et que donc on peut en déduire des uchronies trés intéressantes, c'est à dire d'imaginer des évènements fictifs à partir d'un point de départ historique.

Voilà! Laughing Laughing Laughing


_________________
Mieux vaut une bonne sous-couche qu'une mauvaise peinture!

5Hittites contre Grecs ! Empty Re: Hittites contre Grecs ! Sam 1 Jan 2022 - 12:38

Paskal



DOnc guerres locales entre hittites et grecs , grecs et troyens et hittites et troyens c'est historiquement viable.


_________________
"Et comme chacun sait, deux ou même un nombre innombrable de couis ne font pas naitre un seul chêne" (Paskal)

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum