...Forum de joueurs et joueuses d'aventures de figurines historiques et fantastiques, en Bretagne et ailleurs.

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

An Argader » Figurines, décors, librairie » Librairie » Musique bretonne aux confins du 18ème siècle

Musique bretonne aux confins du 18ème siècle

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Ehouarn

Ehouarn
Musique bretonne aux confins du 18ème siècle Roland10

Roland Becker, musicien, compositeur, conférencier, spécialiste des traditions populaires, mène ici un incroyable travail d’enquête ethno-musicologique. Il a mis la main sur des feuillets de Jospeh Mahé (1760-1831), témoin unique de la musique populaire d’Europe au 18e siècle. Il s’agit du premier collecteur de musique de tradition populaire de Bretagne. Sa collecte exceptionnelle compte 285 airs notés dans le Morbihan à la fin du 18e siècle. Le manuscrit fut retrouvé miraculeusement après la seconde guerre mondiale; il est aujourd’hui conservé à la bibliothèque de l’évêché de Vannes. Cette collection est la plus ancienne connue à ce jour en Bretagne ! Ce sont pas moins de 60 spécialistes musiciens, chanteurs et comédiens qui ont pris part à l’enregistrement de ce projet pour redonner vie aux partitions écrites à la plume d’oie.
Un livret de 100 pages accompagne ce CD, avec de nombreuses illustrations en plus des explications de Roland Becker sur sa recherche.


Oyoun Muzik - Coop Breizh - 25€


Pour ceux qui veulent aller plus loin, Roland Becker avait déjà publié antérieurement un ouvrage sur le travail de collectage de Joseph Mahé, dont le CD publié aujourd'hui en est la mise en musique.

Musique bretonne aux confins du 18ème siècle Joseph10

En 1825 paraît l'Essai sur les Antiquités du département du Morbihan, avec les partitions de quarante airs collectés en Haute et Basse-Bretagne. L'oeuvre reflète la complexité de son auteur Joseph Mahé (1760-1831). Né sur l'île d'Arz dans le Golfe du Morbihan, ce chanoine imprégné d'ordre divin défie la Constitution civile du clergé, tout en se laissant séduire par les idées de Rousseau. C'est bien en homme libre que Joseph Mahé a vécu et pensé. Son Essai doit autant à son érudition de clerc helléniste et latiniste qu'à son observation ouverte et censément exhaustive des vestiges réels ou rêvés de sa culture bretonne. Et quand on croit pouvoir le ranger dans la catégorie des romantiques en quête d'un mythique passé "national", il étonne encore par son approche méthodique, proto-scientifique de l'histoire, quelques décennies avant Hyppolite Taine. Car, au-delà des quarante airs publiés en 1825, un manuscrit découvert cent-vingt ans plus tard a révélé un travail exceptionnel à plus d'un titre. Joseph Mahé a collecté et noté 285 airs populaires de Haute et Basse-Bretagne, sans en indiquer les paroles, quand ses illustres successeurs feront souvent l'inverse. C'est bien dans la musique, et la musique elle seule, que Mahé, collecteur précurseur, a perçu la poésie populaire bretonne, léguant un patrimoine inestimable, publié ici dans son intégralité pour la première fois. D'où le désir - et peut-être un sentiment d'urgence - de diffuser ce troublant et unique écho de ce que pouvait être la musique populaire bretonne aux confins du 18e siècle. Pour aborder ce continent méconnu, quelques repères sont posés, des pistes historiques, culturelles, musicologiques sont esquissées, comme autant d'invitations à poursuivre cette exploration.

Dastum - Presses Universtaires de Rennes - 34€


_________________
En essayant continuellement on finit par réussir. Donc, plus ça rate, plus on a de chance que ça marche.
http://www.biodanza56.fr

Ehouarn

Ehouarn
Le livret est agrémenté des magnifiques dessins d'Olivier Perrin qui a décrit visuellement les bas-Bretons qui vivaient entre la Révolution et l'Empire.

Olivier Perrin, né à Rostrenen, [...] Très jeune, il apparaît doué pour le dessin. Après des études artistiques à Rennes, il séjourne à Paris où il est l'élève de Gabriel-François Doyen à l'Académie royale de peinture et de sculpture. Revenu en Bretagne, il s'installe d'abord à Landerneau où il occupe un poste de dessinateur des Ponts-et-Chaussées. En 1796 il déménage à Quimper avant d'enseigner le dessin au collège de la ville à partir de 1805, succédant ainsi à son beau-frère, le peintre François Valentin. Il réalise plusieurs tableaux pour des églises bretonnes. Olivier Perrin est réputé pour sa Galerie Bretonne, série de dessins, éditée en gravures qui décrit la vie du paysan breton du berceau à la mort.
Source Wikipédia

Musique bretonne aux confins du 18ème siècle Perrin10


_________________
En essayant continuellement on finit par réussir. Donc, plus ça rate, plus on a de chance que ça marche.
http://www.biodanza56.fr

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum