...Forum de joueurs et joueuses d'aventures de figurines historiques et fantastiques, en Bretagne et ailleurs.

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

An Argader » Époques » XVIe et début XVIIe » Bondieuseries au pied du dolmen

Bondieuseries au pied du dolmen

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1Bondieuseries au pied du dolmen Empty Bondieuseries au pied du dolmen le Lun 28 Oct 2019 - 11:18

SIR JACK

SIR JACK
Voici le début de la sanguinolente aventure survenue dans le nord de la Bretagne en 1591, à l'époque hallebardière où catholiques, protestants, Espagnols, Anglais et brigands de tous poils s'étripaient pieusement.
Je plante le décor. Dieu le Père en personne, béni soit-il, prendra la suite et nous illuminera de sa sainte Parole.

La riante campagne bretonne, ses choux-fleurs, ses dolmen et ses cadavres plus frais que le poisson pêché de la veilleBondieuseries au pied du dolmen Aaaa11


Les paysans triment. Les paysannes maugréent en silence contre leur  fainéant de mari. La mer n'arrête pas de monter et de descendre, à tel point que ça finit par en devenir lassant.
Bondieuseries au pied du dolmen Bbb12


Le Bon Dieu veille sur ce bas monde de misère, de querelles et d'air salé
Bondieuseries au pied du dolmen Ccc11


A l'auberge, on discute des derniers potins du bourg : le gros Pierre qu'a déniaisé la p'tite Fanette, le recteur qui s'est encore murgé au vieux cidre
Bondieuseries au pied du dolmen Ddddd11

Non loin des marais où les grenouilles coincent la bulle, une ombre s'approche du village
Bondieuseries au pied du dolmen Eeere11


De leur côté, les soldats de François de la Nouë, officier du roi et protestant de son état, sortent du bourg après avoir été alertés par un bruit de ferraille.
Une troupe s'approche en effet, composée d'Espagnols auxquels les royaux demandent poliment d'aller voir ailleurs si la sangria est plus fraîche. Pas chiens, les intéressés font demi-tour.
Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1617
Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1726


Au même moment, près de l'église, deux moinillons appartenant à la tonitruante congrégation des Frères Hurleurs et Vociférants font leur apparition dans le village.
Les tonsurés multiplient les imprécations sur on ne sait qui à propos d'on ne sait quoi .
Sont-ils subitement devenus fous après avoir ingéré une galette-saucisse pas fraîche ?
Un soldat de François de la Nouë s'approche pour s'informer de ce qui excite ainsi les gugusses en tongs.
Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1618

Mal lui en prend. Car l'un des agités s'avise de le convertir en lui assénant un coup de goupillon en bronze massif.
Habitué à ce genre de démonstration pas très chrétienne en cette période troublée, le soldat réagit promptement.
Il passe sa lardoire à travers la panse rebondie du religieux.
Emporté par son élan, il va en faire de même avec le second abruti qui a eu la malencontreuse idée de sortir une pétoire. Non mais ! Sales bêtes, va !
Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1619

Sur ces entrefaits...Tout s'envenime.

(A suivre)


_________________
Veni, vidi, rigoli
https://dunapodanslair.blogs.fr/

2Bondieuseries au pied du dolmen Empty Re: Bondieuseries au pied du dolmen le Lun 28 Oct 2019 - 21:07

Patrice

Patrice
Admin
Après cette excellente introduction, vue du côté des troupes royales...  Very Happy

...pour aborder ces terribles événements survenus au festival Ludouest de Theix-Noyalo (56) ce samedi 26 octobre...

...voici donc la liste des principaux protagonistes; chacun à la tête d'une petite troupe (rappelons que les partisans du nouveau roi Henri IV sont pour une fois soutenus par les Anglais ; ceux de la Sainte Ligue et du duc de Mercœur sont eux soutenus par les Espagnols qui cherchent à s'implanter davantage en Bretagne).

François de la Nouë, officier protestant, partisan du roi Henri IV. Jean-Jacques

Antonin Le Hir de Lostbras, petit noble rallié à la Ligue et au duc de Mercœur (arrive du sud-est). Ehouarn

Ned Poins, officier anglais (longe la côte en venant de l'est). Éric

Fernando d'Ordongnes, officier espagnol (arrive par la route de l'ouest). Didier

Et un brigand de petite noblesse (dont j'ai oublié le nom...) plutôt favorable à la Ligue tant que ça rapporte. Jacques

Au début de ces événements tout le monde ignore qui sont les autres et où ils sont. Les brigands sont cachés dans leur repaire, la tour isolée, mais n'en bougent pas au début. Les premiers déplacements des autres troupes se font avec des leurres (figurines d'animaux sauvages) jusqu'à ce qu'elles se rencontrent. La troupe royale est déjà installée dans le village de Plougalc'h depuis deux jours (mais la nouvelle n'est pas encore connue, le joueur déplace quand même deux leurres à partir d'un bord de table). De plus, les joueurs ignorent que leurs faux leurres représentent aussi quelque chose, ils permettent à l'arbitre de jauger les déplacements de plusieurs PNJ.

Les premières impressions des Royaux viennent de vous être contées dans le message précédent : ils sont dans le village, et se préparaient à toute éventualité en voyant approcher une troupe d'Espagnols. Alors qu'ils parlementaient avec ceux-ci, un coup d'arquebuse a retenti près de l'église, ce sont deux moines fanatiques qui, ayant appris la présence de troupes royales, venaient pour convaincre le curé (plutôt réticent) de soulever le village.

Voyant le village défendu par une troupe assez nombreuse, les Espagnols se sont donc retirés pour tenter un mouvement tournant, traversant le premier pont (celui en pierre) sur la rivière pour passer par le domaine du manoir.

Bondieuseries au pied du dolmen 100_0388

De l'autre côté du village, les Anglais atteignent vite les maisons de pêcheurs.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1614

Un peu plus haut, la troupe de Ligueurs (cavaliers lourds et piétons) avance. Ils viennent de rencontrer deux curieux personnages, une femme armée et de rouge vêtue, en tenue masculine accompagnée d'un valet, qui se joignent à eux avec un peu de méfiance.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1615

Les Anglais (à gauche près de l'enclos) et les Ligueurs s'observent de loin, chacun n'étant pas trop sûr du parti des autres...

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1616

...et se placent vite face à face.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1711

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1712

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1713

L'officier Ligueur décide d'avancer vers le village avec ses meilleurs soldats (il souhaite rencontrer à l'auberge un partisan de la Ligue) sans cesser de surveiller les Anglais derrière lui. Il couvre ses arrières en laissant la plupart de ses piétons dans le vieux bastion abandonné.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1714

Bondieuseries au pied du dolmen 100_0386

Bondieuseries au pied du dolmen 100_0387



Dernière édition par Patrice le Ven 1 Nov 2019 - 22:45, édité 4 fois


_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

3Bondieuseries au pied du dolmen Empty Re: Bondieuseries au pied du dolmen le Lun 28 Oct 2019 - 21:11

Patrice

Patrice
Admin
À l'entrée du village, il discute avec les Royaux en prenant un ton amical, demandant la permission de passer. De son côté, l'officier royal prétend être catholique et lui accorde cette permission...

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1715

...puis fait encercler la petite troupe, les désarme et les enferme dans une maison.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1716

Antonin Le Hir de Lostbras est donc prisonnier, avec ses cavaliers lourds et la mystérieuse femme en rouge (ses piétons étant toujours en position de défense dans le bastion face aux Anglais).

Toutefois, au bout d'un moment, l'officier royal hésite. Ses prisonniers tentent de le convaincre qu'il commet une erreur ; les habitants du village, tous catholiques, semblent mécontents de la tournure des événements ; et il se doute que l'Espagnol tente de le contourner. Il décide de relâcher ses captifs, qui prennent aussitôt le chemin du manoir par la route principale.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1717

Les Royaux se portent alors à l'autre bout du village, voyant approcher les Espagnols qui ont retraversé la rivière plus au sud par un petit pont de bois et semblent menaçants.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1718

En même temps, un officier Ligueur (écharpe verte) a contourné le village et traverse le même pont de bois en croisant ses alliés espagnols, pour se rendre au manoir dont le seigneur, Jean Toullic de Plougalc'h, est un cousin éloigné de son chef.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1719

De leur côté, les brigands ont envoyé un espion près du village pour comprendre ce qui se passait, puis sont contactés près de leur repaire (la tour isolée) par plusieurs protagonistes. Après être restés longtemps cachés, ils acceptent de sortir prendre part au combat pour soutenir la Ligue.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1722

Les Espagnols évitent le village bien défendu par les Royaux, et avancent vers cette tour en longeant les marécages... où ils se heurtent à l'avant-garde anglaise.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1720

Car les Anglais se sont enfin décidés à quitter le village de pêcheurs. Ils s'approchent aussi de la tour... et se trouvent bientôt coincés entre les cavaliers espagnols d'un côté, les brigands de l'autre, et les piétons ligueurs sortis de leur bastion qui les arquebusent par derrière !

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1721

Le terrible spectacle de cette horrible guerre civile est infligé sans aucune pitié à un public innocent et familial.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1723



Dernière édition par Patrice le Mer 30 Oct 2019 - 20:03, édité 1 fois


_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

4Bondieuseries au pied du dolmen Empty Re: Bondieuseries au pied du dolmen le Lun 28 Oct 2019 - 21:16

Patrice

Patrice
Admin
Tirs de pistolet près du pont de pierre ! Pris d'un gros doute, l'officier royal a envoyé un cavalier prévenir les habitants du manoir de l'arrivée des supposés Ligueurs. Celui-ci prend l'initiative de tirer sur un cavalier ligueur qui lui barrait le passage, et parvient à l'abattre... avant de succomber lui-même.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1724

Du côté de la tour aux brigands, les derniers piétons anglais sont en très mauvaise posture entre plusieurs troupes ennemies.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1812

Une contre-attaque de leurs cavaliers ne suffit pas à les dégager.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1813

Les piétons anglais se rendent aux brigands, qui les conduisent prisonniers vers le bastion (la colonne à gauche).

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1815

Près de la rivière, les piétons espagnols ont lentement reculé...

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1816

...face aux Royaux trop bravement sortis du village à leur encontre. Mais peu après, les Royaux se retrouvent eux-mêmes dos à la rivière. Débarrassés de la menace anglaise, tous leurs adversaires remontent vers eux ou vers le village.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1817

Pendant ce temps, un officier ligueur était allé au manoir pour demander de l'aide au maître des lieux, Jean Toullic de Plougalc'h, cousin éloigné de son chef (Antonin Le Hir de Lostbras). Le sire de Plougalc'h, bon catholique mais marié à une protestante convertie au catholicisme, hésite à s'engager plus avant et commence à reprocher à l'officier d'amener la guerre chez lui. L'officier crie et menace, tant et si bien que pour s'en débarrasser il consent à lui bailler un pierrier (petit canon, fait surtout pour tirer à mitraille à faible distance) qu'il gardait sous sa grange. L'officier entend la fille du sire de Plougalc'h protester contre cette décision, et son père lui répondre : "monte dans ta chambre !".

La mystérieuse femme en rouge qui accompagne les Ligueurs se saisit aussitôt du pierrier, le fait atteler au cheval du maître des lieux et avance (à gauche) vers la rivière pour en menacer les Royaux (à droite).

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1818

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1820

Cela suffit pour dissuader les Royaux de passer le pont de bois (un tir à courte portée pouvant être meurtrier). Ils en sont quittes pour un tir de loin qui n'a aucun effet.

Pendant ce temps, les brigands et d'autres Ligueurs et Espagnols entrent dans le village où il ne reste que quelques soldats royaux qui tentent de s'abriter dans les maisons et dans l'ossuaire. Ils remarquent un homme en pourpoint blanc, accompagné d'un tambour, qui semble s'enfuir le long de la grève. Plusieurs cavaliers les poursuivent, et les menacent de leurs armes à feu alors qu'ils montent dans une barque. Les fuyards refusent de se rendre, plusieurs coups de pistolet et d'arquebuse les ratent de justesse.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1819

Des habitants du village, notamment l'aubergiste qui l'a vu de près, diront plus tard avoir reconnu Anne de Kerfors, un beau-frère de Jean Toullic de Plougalc'h (frère de son épouse) et protestant convaincu.

Ne sachant plus trop à quel saint se vouer (un comble pour un officier protestant) les Royaux reviennent vers le village... pour trouver celui-ci déjà investi par leurs adversaires. Ils sont bientôt obligés d'accepter une reddition aux Ligueurs contre rançon...

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1821

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1822

...pendant que deux autres soldats royaux, isolés et en pleine panique, se jettent dans la rivière pour échapper à leurs ennemis.

Bondieuseries au pied du dolmen Dsc_1823

(Merci à Jean-Jacques pour la plupart des photos !)



Dernière édition par Patrice le Mer 30 Oct 2019 - 20:04, édité 2 fois


_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

5Bondieuseries au pied du dolmen Empty Re: Bondieuseries au pied du dolmen le Mar 29 Oct 2019 - 0:11

Eric de Gleievec

Eric de Gleievec
Quelques compléments d'info sur les actions des Anglais :

Le capitaine Poins était dans les parages pour contrer les menées espagnoles, ce qu'il ne pouvait faire qu'avec l'aide des Royaux ; il les cherchait donc, sans trop savoir où les trouver (quoiqu'il se doutât de leur présence au village). Il a donc évité la confrontation directe avec les Ligueurs dans un premier temps, ce qui n'a pas empêché ces chiens de papistes de lui barrer la route du village en occupant le bastion et surtout, en sabotant le pont de la digue. Changement d'orientation, on tentera donc de passer par les marais pour rejoindre le village.

La suite a été contée plus haut, rencontre d'un petit parti espagnol dont on n'aurait fait qu'une bouchée... si toute la vermine locale n'était brusquement intervenue, d'aucuns malfaisants sortant de la tour comme diable d'un bénitier, et les piétons ligueurs sortant de leur bastion pour nous coller au train.

Un échange d'arquebusade malheureux (pour l'Anglais) a dégarni nos arrières, et c'est à partir de ce moment que la situation, déjà périlleuse, est devenue ingérable. Nous nous sommes donc rendus, seule alternative possible pour ne pas faire massacrer notre troupe, tandis que nos cavaliers se désengageaient et rejoignaient le camp royal, lui prêtant main forte contre Espagnols et Ligueurs.

Ce qui n'a pas été conté : Les habitants de la tour, dont nous avons tout ignoré jusqu'au bout, sauf qu'ils ne s'exprimaient en aucune langue civilisée, menèrent la troupe anglaise dans le bastion, où celle-ci fut attachée aux pieux renforçant les levées de terre ; et laissée en compagnie d'un baril de poudre pourvu d'une mèche lente, allumée...

Au bout d'un moment, les deux cavaliers anglais survivants, jugeant la situation des Royaux vouée à l'échec, et n'ayant point traversé la Manche pour mourir en héros, faussèrent compagnie à leurs alliés en bien piteuse posture, pour tenter de secourir les prisonniers.

Ils revinrent donc au bastion dont les deux gardes papistes s'éloignèrent sans demander leur reste ; y grimpèrent en toute hâte, arrachèrent la mèche... pour constater que le baril de poudre était en réalité totalement vide, à l'exception d'un crapaud qui y avait élu domicile...

Les Anglais purent donc rejoindre leur cantonnement, ayant toutefois subi environ un tiers de pertes, et laissé leurs armes entre les mains des Ligueurs, brigands ou Dieu sait quelle engeance !

Le capitaine Poins rédige pour l'heure son rapport à ses supérieurs sur cette déplaisante journée ; il enrage de n'avoir pas reçu plus d'informations au départ sur la localisation de ses alliés, ce qui lui fit perdre un temps précieux ; et se promet bien de faire battre tambour sur la peau de l'occupant de la tour !


_________________
Si vis pacem, paranoïaque !

Quelques figurines "pas pour jouer".

6Bondieuseries au pied du dolmen Empty Re: Bondieuseries au pied du dolmen le Mar 29 Oct 2019 - 9:32

Ehouarn

Ehouarn
@Patrice a écrit:Le terrible spectacle de cette horrible guerre civile est infligé sans aucune pitié à un public innocent et familial.
Bondieuseries au pied du dolmen 356320 Bondieuseries au pied du dolmen 207670

@Eric de Gleievec a écrit: ce qui n'a pas empêché ces chiens de papistes de lui barrer la route du village en occupant le bastion et surtout, en sabotant le pont de la digue.
Ce fût avec plaisir Bondieuseries au pied du dolmen 997520

@Patrice a écrit: Ne sachant plus trop à quel saint se vouer (un comble pour un officier protestant) les Royaux [...] sont bientôt obligés d'accepter une reddition aux Ligueurs contre rançon...
Il convient donc de créditer la cassette du sieur Lostbraz de 500 écus pour la rançon du sieur de la Nouë et de 300 autres écus pour chacun de ses officiers nobles.


_________________
A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire !
http://www.biodanza56.fr

7Bondieuseries au pied du dolmen Empty Re: Bondieuseries au pied du dolmen le Ven 22 Nov 2019 - 13:37

messire flush


Ma Doué!

Voilà une table du meilleur aloi!

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum